Le plein de vitamines

0

La bière constitue une riche source de folate alimentaire et d’autres vitamines B.

Tout comme le pain, qui est également fabriqué à partir de céréales, la bière est une bonne source de nombreuses vitamines essentielles à la vie. Pour fabriquer de la bière, l’orge est d’abord germé (malté), ce qui, en réalité, augmente la valeur nutritive des céréales utilisées. La bière est particulièrement riche de la plupart des vitamines de type B, par exemple: niacine, riboflavine (B2), pyridoxine (B6), folate (B9), et cobalamine (B12). Le fait que la bière soit une source naturelle de vitamine B12 est particulièrement important pour les personnes végétariennes qui aiment boire de la bière. La biodisponibilité de ces vitamines a été confirmée par des recherches qui ont montré une absorption accrue des vitamines B lorsque le régime comporte une consommation modérée de bière1.

En plus de compléter un régime sain, les vitamines et les minéraux contenus dans la bière peuvent conférer d’autres effets bénéfiques pour la santé. Des recherches récentes laissent entendre que les vitamines B (B6, B9 et B12) peuvent procurer aux personnes qui consomment de la bière une protection supplémentaire contre les maladies cardiovasculaires comparativement aux personnes qui boivent du vin ou des spiritueux2. Des concentrations élevées d’homocystéine, notamment le « mauvais cholestérol » (LDL) sont associées à un risque plus élevé de crise cardiaque. De nombreuses études sur la population confirment qu’une consommation modérée de bière, comparativement au vin et aux spiritueux, fait baisser la concentration d‘homocystéine et portent à croire que c’est peut-être attribuable à la teneur élevée de vitamines B3-7. Des recherches cliniques sont en cours pour examiner si les folates (vitamine B9) dans la bière pourraient être un élément actif qui aide à réduire les concentrations d’homocystéine.

 

1 Romeo J, Díaz L, González- Goss M, Wärnber J and Marcos A. (2006). “Contribución a la ingesta de macro y micronutrients que ejerce un consume moderado de cerveza.”. Nutr. Hosp., 21(1): 84- 91.

2 Van der Gaag MS, Ubbink JB, Sillanaukee P, Nikkari S and Hendriks FS (2000). “Effect of consumption of red wine, spirits and beeron serum homocysteine”. Lancet, 355: 1522.

3 Jacques PF, Bostom Ag, Wilson PWF et al. (2001). “Determinants of plasma total homocysteine concentration in the Framingham Offspring cohort”. American Journal of Clinical  Nutrition, 73: 613- 621.

4 Ubbink JB, Fehily AM, Pickering J et al. (1998). “Homocysteine and ischaemic heart disease in the Caerphilly cohort”. Atherosclerosis, 140(2): 349- 356.

5 Mennen LI, de Courcy GP, Guillard C-C et al. (2003). “Relation between homocysteine concentrations and the consumption of different types of alcoholic beverages: the French supplementation with antioxidant vitamins and minerals study”. American Journal of Clinical Nutrition, 78: 334- 338.

6 Mayer Jr. O, Simon J and Rosolová H. (2001). “A population study of the influence of beer consumption on folate and homocysteine concentrations”. European Journal of Clinical Nutrition, 55(7): 605- 609.

7 Husemoen LLN, Thomsen TF, Fenger M and Jørgensen T (2004). “Effect of lifestyle factors on plasma total homocysteine concentrations in relation to MTHFR (C677T) genotype”. Inter99(7). European J. Clinical Nutrition, 58: 187- 194.

 

Texte tiré de la publication "Effets sur la santé d'une consommation modérée de bière" de l'Association des brasseurs du Canada.